Volume et prix de l’immobilier à fin septembre 2022 | Chambre de…

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

Le contexte général a contraint les projets et pris en compte la demande foncière. Les notaires du Grand Paris constatent que le marché est moins fluide avec des acquéreurs plus sélectifs, moins pressés de concrétiser leur projet, ou se heurtant à des exigences bancaires et refusant de financer leur projet. L’offre et la demande ne sont donc pas si faciles.

Au 3ème trimestre 2022, le nombre de ventes de logements anciens a chuté de 10% par rapport à l’an dernier, ce qui reste, il faut le rappeler, le plus haut niveau jamais atteint pour le 3ème trimestre.

Malgré ce ralentissement, l’activité est restée à un niveau historiquement élevé. A l’exception de la capitale, cette réduction s’est produite dans tous les départements d’Ile-de-France.

La baisse, de 8% dans le cas des appartements, est plus sévère dans le cas des maisons dont les ventes ont diminué de 15%, quand on compare le 3ème trimestre 2021 et 2022. L’attractivité de ce marché, renforcée par la crise du COVID, peut être vu à côté de nous maintenant. . Par ailleurs, les notaires soulignent que la crise énergétique et les difficultés de financement affectent davantage les accédants à la propriété et les primo-accédants.

Au contraire, un retour en grâce de la Capitale se confirme à nouveau avec un nombre élevé de ventes, peut-être grâce à la légère tendance à la baisse des prix qui ouvre la possibilité de négociation. Paris est le seul secteur géographique qui enregistre une nouvelle hausse de ses ventes (+2%) du 3ème trimestre 2021 au 3ème trimestre 2022.

À Lire  Quel est le délai de grâce après la signature d'un compromis avec...

En glissement annuel, près de 41 000 appartements ont été vendus dans la capitale, un niveau largement supérieur (+23%) aux 33 200 maisons vendues en moyenne sur les 10 dernières années.

Modifications et réductions de prix annuelles du 2e au 3e trimestre 2022

Dans ce contexte moins dynamique, où les tensions s’apaisent progressivement, les prix des appartements en Ile-de-France n’ont guère évolué en un an (+0,2 %) du 3e trimestre 2021 au 3e trimestre 2022.

Dans le cas des maisons en revanche, et malgré le ralentissement de l’activité, les hausses de prix restent les plus fortes du marché.

Les changements de prix sont toujours soumis à janvier 2023

Selon les contrats préliminaires, d’octobre 2022 à janvier 2023, les prix sont en légère baisse dans de nombreux départements, avec des fluctuations de temps à autre.

Quelle résistance du marché au nouveau marché ?

Sur les douze derniers mois, d’octobre 2021 à septembre 2022, 188.500 maisons anciennes ont été vendues, soit à peine 3% de moins qu’un an plus tôt et un niveau encore proche des records historiques. Cependant, les signes d’un ralentissement du marché se sont progressivement multipliés depuis la rentrée, dans un contexte moins porteur qui rend moins facile qu’auparavant la réalisation des projets.

Ce nouveau marché ouvre des perspectives plus incertaines, même si l’immobilier conserve son rôle de valeur refuge et de sécurisation des actifs dans un contexte d’inflation, même si les besoins liés à la démographie et aux évolutions sociétales demeurent.