Vous avez pensé à créer votre propre entreprise en Centre-Val de Loire ? Tu n’es visiblement pas seul

Photo of author
Written By Sophie Ledont

Rédactrice passionnée qui a vécu dans plus de 25 pays toujours à la recherche de la dernière information.

7 juillet 2022 Une nouvelle étude révèle que le nombre d’entreprises artisanales créées en Centre-Val de Loire a sensiblement augmenté en 2022. Combien?

Par Maximilien Régnier

Publié le 8 juillet 22 à 11h30

Une région dynamisée

Une région dynamisée

Ceci est confirmé par le baromètre ISM-MAAF. En 2021, le monde de l’artisanat s’est très bien comporté en région Centre-Val de Loire, c’est en tout cas ce que garantit son étude publiée ce jeudi 7 juillet 2022.

Entre 2019 et 2021, la croissance est de 21 %. L’an dernier, plus de 8 070 entreprises artisanales se sont implantées dans la région, notamment dans les petites villes et les communautés rurales. Habituellement cartographie Eurel. Cela correspond à une augmentation de 1 400 entreprises créées par rapport à 2019 et à la situation de crise pré-coronavirus.

Au niveau national, la croissance est également réelle, mais un peu moins importante, 13 %.

A voir aussi :
En limogeant le leader du groupe Ant, Alibaba tente de montrer de…

Pas la même augmentation partout

Pas la même augmentation partout

En région Centre-Val de Loire, c’est le département du Cher qui s’en sort le mieux, avec une belle progression de 40% devant l’Indre (34%) et l’Indre-et-Loire (30%). Le Loir-et-Cher s’en sort le moins bien avec 6 petits pourcentages. Dans deux ans, il représentera plus de 8 000 entreprises artisanales de la région.

Cette dynamique dépend en fait des territoires, très souvent hétérogènes. En 2021, le centre du Val de Loire a enregistré la plus forte hausse de création d’entreprises artisanales dans les petites communes entre 10 000 et 19 999 habitants. Parmi les communes qui en ont particulièrement bénéficié figurent Epernon, Sully-sur-Loire, Issoudun et Saint-Amand-Montrond.

Dans les communes de 5 000 à 10 000 habitants, cette augmentation tombe à 10 %, même constat pour les villes de 50 000 à 100 000 habitants.

À Lire  « Marié et père de cinq enfants, je n'ai pas pensé une seconde à créer une entreprise », Julien Nicolas (nouveau franchisé de La Compagnie des Toits)

L’étude explique ce phénomène en partie par « le départ des citadins vers les campagnes et le développement du travail à distance et les conséquences de la crise sanitaire ». Beaucoup de Français auraient choisi de s’installer à la campagne après avoir été quelque peu traumatisés par les villes ces dernières années, notamment de la part des Franciliens.

Quels secteurs d’activités ?

Quels secteurs d’activités ?

Cette émigration se fait en réalité moins sentir dans les grandes villes de la région. A Orléans, la croissance est modérée (+14%), juste au-dessus de la moyenne nationale. La ville de Tours, connue pour sa population étudiante, est un contre-exemple, avec une très forte croissance de 27 %.

Certes, le nombre d’entreprises artisanales a explosé ces deux dernières années, mais que font ces nouveaux venus en Centre-Val de Loire ? Dans la région, ce sont les savoir-faire artisanaux et plus précisément l’art qui se sont le plus développés, qui ont connu un véritable essor après les incarcérations successives.

La crise sanitaire et le confinement ont poussé de nombreux Français à s’interroger sur leur parcours professionnel et à décider de se réorienter vers des métiers passionnés, comme le métier d’artiste. Cependant, la majorité des créations sont des micro-entreprises, dont la viabilité économique et les marchés doivent être confirmés.

L’alimentation et les services progressent également dans la région avec des croissances respectives de 28 % et 27 %. Le développement de la maîtrise de la construction est moins remarquable (12 %). Pourtant, 10 activités liées à la construction, comme le nettoyage des bâtiments ou la maçonnerie, représentent près de la moitié des créations d’entreprises artisanales du centre du Val de Loire. Le développement est moins perceptible simplement parce qu’il y en a plus.